DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

La majorité fragilisée au Liban juste avant la présidentielle

Vous lisez:

La majorité fragilisée au Liban juste avant la présidentielle

Taille du texte Aa Aa

Une minute de silence, à la mémoire d’Antoine Ghanem. Le conseil des ministres du gouvernement de Fouad Siniora a tenu à saluer le député assassiné mercredi, la huitième personnalité antisyrienne éliminée depuis février 2005.

Un assassinat destiné à déstabiliser le pays à quelques jours des présidentielles du 25 septembre. Avec la disparition d’Antoine Ghanem, c’est mathématiquement une voix en moins pour la majorité, et une chance en moins d’installer un antisyrien à la présidence, pour succéder à Emile Lahoud.

Sans attendre la journée de deuil national ce vendredi, plusieurs commerces, les écoles et universités ont fermés, pour répondre à la grève lancée par le parti phalangiste d’Antoine Ghanem. Le député de 64 ans a été tué dans la banlieue de Beyrouth, un attentat a la voiture piégée qui a fait 4 autres morts, et 71 blessés. Et qui frappe une fois encore en plein coeur, le Liban fragilisé.