DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Les funérailles du Liban

Vous lisez:

Les funérailles du Liban

Taille du texte Aa Aa

Les cercueils d’Antoine Ghanem et de ses deux gardes du corps ont eu du mal à traverser la foule compacte rassemblée dans Furn el-Chebbak. C’est dans ce quartier chrétien de Beyrouth que le député dirigeait une section du parti Kataëb, phalangiste.

Dans l‘église, plusieurs personnalités politiques de la majorité sont là pour accompagner, dans son dernier voyage, le député de 64 ans assassiné mercredi dans une banlieue chrétienne de la capitale, à 6 jours de la présidentielle. Et parmi ces politiciens, certains qui ont été touchés au coeur. Saad Hariri, qui a perdu son père Rafik, tué en 2005, et l’ancien président Amine Gemayel, dont le fils Pierre a été assassiné il y a moins d’un an : “Ton martyre nous incite à tenir l‘élection présidentielle à la date prévue.”

Le Liban tout entier observe un jour de deuil national. Antoine Ghanem est la huitième personnalité anti-syrienne assassinée, et ce nouvel attentat est perçu comme une ultime tentative de déstabilisation du pays, une ultime tentative d’affaiblissement de la majorité, avant l‘élection du 25 septembre.