DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Le niveau de l'euro : facteur handicapant

Vous lisez:

Le niveau de l'euro : facteur handicapant

Taille du texte Aa Aa

La chute du dollar apparaît sans fin par rapport à l’euro : tant et si bien que les analystes entrevoient un risque pour la croissance économique de la zone euro si la progression de l’euro devait perdurer. On a tous en tête l’exemple donné récemment par le Président d’EADS Louis Gallois : un euro qui s’installerait durablement à 1 dollar et 45 cents entrainerait une injection supplémentaire de 1 milliard d’euros dans Power 8, le plan de restructuration d’Airbus.
Il est clair que les exportations vers la zone dollar : à savoir l’Amérique du Nord, et les pays émergents dont la monnaie est indexée sur le cours du billet vert, deviennent moins concurrentielles à mesure que l’euro se raffermit.
Mais avec la Grande Bretagne et la Livre Sterling toujours ferme par rapport à l’euro ou bien la Suisse et le franc suisse relativement ferme également par rapport à l’euro, le problème ne se pose pas avec une ampleur aussi importante qu’avec la Chine dont la monnaie : le Yuan, est indexé au dollar.
A l’opposé, les touristes américains qui viennent en Europe regardent avec inquiétude leur portefeuille et s’aperçoivent du changement de parité monétaire entre l’Europe et les Etats Unis
“On pensait que c‘était cher, mais ça faisait 17 ans que je n‘était pas venu ici, affirme cet américain à l’aéroport de Berlin avant de prendre son avion.
Quand on compare et qu’on prend les boissons et la nourriture : spécialement avec les enfants qui boivent du coca, ça coute cher ici : et on s’est dit que ça faisait beaucoup d’argent”.
En revanche, les touristes européens se frottent les mains : la vie n’a jamais été aussi bon marché pour eux aux Etats Unis.