DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Le Parlement européen se mobilise pour le Myanmar

Vous lisez:

Le Parlement européen se mobilise pour le Myanmar

Taille du texte Aa Aa

Face à l‘épreuve de force, peu de moyens de pression pour les Européens si ce n’est le renforcement des sanctions économiques déjà durcies en avril dernier. Mais les eurodéputés reconnaissent que leur mise en place prendra du temps et surtout qu’elles auront un impact limité. Seule solution: une pression diplomatique sur l’Inde et la Chine, les deux principaux partenaires commerciaux de l’ex-Birmanie. L’eurodéputé Edward McMilan-Scott: “Il y a un débat au Parlement européen, tous les leaders européens s’accordent pour dire au régime de Rangoon: arrêtez la répression ! Mais ce qui est importe ce n’est pas l’Europe, c’est la Chine.”

L’Union européenne a déjà interdit d’entrée sur son territoire plus de 370 personnalités du régime et leurs famille. Des sanctions d’accord mais il faut aussi informer l’opinion publique selon l’eurodéputé italien Marco Cappato: “La politique des sanctions est parfois contre-productive, parfois elle ne sert à rien : pour qu’elle fonctionne, elle doit avoir une part de propositions positives, c’est-à-dire mieux informer et faire connaître cette lutte non-violente des moines.”

En 1990, le Parlement européen avait déjà fait bloc avec l’ex-Birmanie, récompensant l’opposante Aun San Suu Khy du Prix Sakharov. Prisonnière de la junte militaire, c’est son fils qui avait reçu la prestigieuse distinction en son nom.