DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Les céréales, un bien de plus en plus précieux en Europe

Vous lisez:

Les céréales, un bien de plus en plus précieux en Europe

Taille du texte Aa Aa

Face à la flambée des prix et aux difficultés d’approvisionnement, les ministres européens de l’Agriculture ont décidé de supprimer pendant un an la mise en jachère obligatoire des terres céréalières dans l’Union. Un changement qui devrait permettre selon la Commission d’augmenter la récolte d’au moins 10 millions de tonnes l’année prochaine.
De quoi inverser la tendance à la hausse des produits céréaliers. Ainsi entre 2005 et 2006, le prix mondial du maïs a fait un bond de 85%. Celui du blé a augmenté de 60% depuis l’an dernier.
Une tendance qui se répercute sur les prix de nombreuses denrées alimentaires comme les pâtes ou le pain mais aussi sur les produits laitiers. La Pologne et l’Espagne ont même remis en cause le système de quotas. Madrid demande également de supprimer temporairement les aides aux exportations dont bénéficient les céréaliers européens, et ce afin de privilégier le marché communautaire.

Bruxelles va plus loin et envisage la levée temporaire de ses droits de douane sur les importations de céréales. Une proposition à effet rétroactif à juin dernier et courant jusqu’en juillet 2008. Objectif: importer à moindre prix et répondre à une demande en forte hausse. La France s’est déjà manifestée contre cette proposition: elle craint que si l’Europe supprime ses barrières, elle aura des difficultés à les rétablir. Mais Paris accepte la proposition de la présidence portugaise, à savoir constituer des réserves céréalières stratégiques comme c’est le cas pour le pétrole.