DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Premiers morts dans les affrontements à Rangoun

Vous lisez:

Premiers morts dans les affrontements à Rangoun

Taille du texte Aa Aa

Comme le redoutait la communauté internationale, le sang a commencé à couler dans l’ex-capitale birmane, Rangoun. De hauts responsables birmans, sous couvert de l’anonymat, parlent d’au moins trois moines tués par les forces de sécurité. Une autre source internationale évoque la mort de huit personnes, cinq moines et trois civils. Les principaux affrontements ont eu lieu près des pagodes Shwedagon et Sule.

La junte militaire au pouvoir réagit brutalement afin de contrer la montée en puissance des manifestations à la tête desquelles se sont placés les moines boudhistes. Dès mercredi matin, des soldats et des policiers anti-émeutes se sont déployés autour des monastères de Rangoun. Mais cela n’a pas empêché les protestataires de sortir dans les rues. La population birmane est persuadée maintenant que la répression va s’accentuer. Des habitants commencent à stocker des vivres. Une source indique que les soldats de la 22e division ont été dépêchés à Rangoun. Cette division s‘était rendue tristement célèbre en Birmanie lors des massacres de 1988.