DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Les nationalistes basques critiquent l'arrestation des membres de Batasuna

Vous lisez:

Les nationalistes basques critiquent l'arrestation des membres de Batasuna

Taille du texte Aa Aa

Toute la journée, la police espagnole a perquisitionné au domicile des membres de Batasuna arrêtés hier soir. Au total, ce sont 23 personnes qui ont été interpellées, alors qu’elles participaient à une réunion clandestine au pays basque. Clandestine, parce que le parti Batasuna est illégal depuis mars 2003, considéré par la justice comme le bras politique de l’ETA. Le coup de filet dans la petite ville de Segura est salué par Diego Lopez Garrido, porte-parole du parti socialiste, au pouvoir : “Ceux qui agissent doivent payer. L’Etat agit toujours avec fermeté pour faire respecter la loi. Dans notre pays, l’apologie de la violence est incompatible avec la politique.”

Du côté du gouvernement régional basque, on dénonce ces interpellations, Joseba Azkarraga, son responsable de la Justice, regrette l’opportunisme politique : “C’est évident, cette décision a une raison politique. Une fois de plus, l ‘Audience Nationale, (le tribunal chargé des affaires de terrorisme), sert des intérêts qui sont étrangers à l’indépendance propre a tout organisme judiciaire.” Même condamnation devant la prison de San Sebastian, où est détenu le leader Arnaldo Otegi. Pernando Barrena, le seul dirigeant de Batasuna à avoir échappé au coup de filet, affirme que “l’arrestation de 23 membres de la gauche nationaliste est une opération de punition et de vengeance”, en référence à l‘échec des négociations de paix. Et la colère des indépendantistes devrait augmenter, les manifestants sont appelés à descendre en nombre ce soir dans plusieurs villes du pays basque.