DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Le président Musharraf, militaire dans l'âme

Vous lisez:

Le président Musharraf, militaire dans l'âme

Taille du texte Aa Aa

Le général Musharraf promet de restaurer la démocratie au Pakistan depuis le jour où il s’est emparé du pouvoir sans un coup de feu, le 12 octobre 1999. Mais cet ancien membre des commandos d‘élite a vraiment du mal à laisser son uniforme dans l’armoire. Il le porte depuis plus de 45 ans et le considère comme une “seconde peau”. Il a toutefois garanti, avant la présidentielle, qu’il abandonnerait son poste de chef des armées, mais une fois élu officiellement.

Pervez Musharraf se présente comme l’un des remparts contre le terrorisme islamiste. En juillet dernier, il a fait donner l’assaut contre la Mosquée rouge d’Islamabad occupée par des activistes présumés. Bilan : une centaine de morts. D’une certaine manière, la décision du président pakistanais de suspendre le juge Chaudhry de ses fonctions en début d’année a aussi “mis le feu” au pays. Le président de la Cour suprême, très populaire et soutenu par la rue, avait les moyens de remettre en cause les choix du pouvoir, jugés peu conformes à la Constitution.

Pervez Musharraf reste un allié-clé de Washington. Pourtant, Al-Qaïda reconstitue ses forces dans les zones tribales du Pakistan. Dans les villes, la contestation de l’opposition grandit. Les prochaines législatives seront cruciales pour le général-président.