DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Le même président pour un Pakistan troublé

Vous lisez:

Le même président pour un Pakistan troublé

Taille du texte Aa Aa

Un nouveau jour s’est levé sur le palais présidentiel à Islamabad, mais son locataire, lui, n’a pas changé. Dans les rues, quelques traces de la fête, le Pakistan a célébré la réélection hier de Pervez Musharraf, reconduit à la tête du pays pour 5 ans. Réélection sans surprise, mais le général ne peut être proclamé officiellement vainqueur avant un jugement de la Cour suprême sur son éligibilité, jugement attendu dans une dizaine de jours.

Selon cette analyste, “le Pakistan se prépare encore à des semaines et des mois difficiles, la température politique, dit-elle, sera bouillante, plus le pays se rapprochera des législatives de janvier.”

Car l’enjeu principal c’est surtout ce scrutin prévu début 2008, au suffrage universel direct cette fois. Le camp Musharraf n’est pas assuré de remporter la majorité nécessaire pour gouverner. Alors le chef de l’Etat a ouvert la voie à un partage du pouvoir avec Benazir Bhutto. Dans cette optique, il a signé il y a deux jours un décret amnistiant l’ancien Premier ministre des accusations de corruption qui l’avaient poussée à l’exil en 1999.