DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Face à l'opinion publique, Ankara mène un combat diplomatique serré

Vous lisez:

Face à l'opinion publique, Ankara mène un combat diplomatique serré

Taille du texte Aa Aa

L’armée turque est sur le qui-vive. Des troupes militaires continuent d’arpenter la frontière turco-irakienne. Depuis le début de l’année, l‘état-major attend d’avoir le feu vert pour mener des incursions contre les rebelles kurdes du PKK qui se cacheraient dans le nord de l’Irak, et aujourd’hui le contexte semble favorable à l’action. Localement, 15 soldats turcs ont été tués par des rebelles kurdes il y a quelques jours. Internationalement, une commission américaine de la chambre des représentants a reconnu le génocide arménien.

Sous pression de l’opinion publique, le Premier ministre turc Recep Tayip Erdogan doit donc livrer un combat diplomatique serré. Il va prendre des décisions je cite dont le coût a été calculé et sera rendu public. La semaine prochaine Ankara demandera l’approbation de son parlement pour attaquer les bases du PKK en Irak.

Depuis des semaines, il accusait les Américains et les Irakiens de ne pas faire assez contre le PKK. Les Etats-Unis et l’Irak qui considèrent la région autonome kurde irakienne comme la plus stable du pays, sont évidemment contre. Ce qui n’est pas le cas des manifestants, qui hier encore, arpentaient les rues d’Istanbul et d’Ankara.