DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Walter Veltroni ou l'espoir de la gauche italienne.

Vous lisez:

Walter Veltroni ou l'espoir de la gauche italienne.

Taille du texte Aa Aa

Maire de Rome depuis 2001, réélu en 2006 avec le score inédit de plus de 61%, sa popularité n’en finit pas de grimper. Né en 1955, cet ancien journaliste, qui a fait des études de cinématographie, incarne depuis 20 ans une gauche italienne avide d‘évolution.

Son parcours politique commence aux jeunesses communistes dans les années 70. Dès 1987, il fait son entrée au comité central du Parti Communiste Italien (PCI). Un parti qu’il contribue à métamorphoser en parti des Démocrates de Gauche, et entraîne en 1996 dans l’aventure victorieuse de l’Olivier, la coalition de centre-gauche rassemblée autour de Romano Prodi.

Son engagement est récompensé : de 1996 à 1998, Walter Veltroni cumule la fonction honorifique de vice-Président du Conseil italien avec le poste de ministre de la culture. On le voit ici prêter serment pendant la cérémonie d’investiture. En 2000, Walter Veltroni est élu secrétaire politique des Démocrates de Gauche. Un tremplin potentiel vers une carrière nationale.

Ce qui plait, chez Veltroni, c’est son credo pragmatique et visionnaire, un credo constructif qui ne se trompe pas d’ennemi. Il déclarait récemment : “ Je veux le dire clairement, la précarité, surtout la précarité des jeunes et des jeunes filles de notre pays, est celle que nous devons combattre. La bataille qu’on doit mener, comme disait Olof Palme dans une phrase que j’aimerais rappeler, la bataille que nous devons mener n’est pas contre la richesse, mais contre la pauvreté. Rappelons toujours ces deux choses là.”

L’an dernier, Walter Veltroni avait laissé entendre au quotidien français Le Monde ne plus être intéressé par un destin national. Mais sans convaincre.