DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Les pays africains producteurs de diamants veulent désormais en assurer le tri et la taille


entreprises

Les pays africains producteurs de diamants veulent désormais en assurer le tri et la taille

Les changements qui bouleversent le monde du diamant tel qu’il existe depuis un siècle sont nombreux et la conférence sur l’avenir de l’industrie diamantaire qui s’est ouverte lundi à Anvers en Belgique a abordé l’un des plus importants d’entre eux qui concerne la volonté de plus en plus affirmée des grands pays africains producteurs comme l’Afrique du Sud, le Botswana, l’Angola ou la Namibie de ne plus se limiter à exporter des diamants bruts. Ils veulent les tailler chez eux.

“L’Afrique compte vraiment pour nous et on doit le montrer en travaillant ensemble au sein d’un partenariat à égalité avec les nations africaines productrice de diamants, a affirmé le manager général du groupe De Beers, Gareth Penny, pour construire un nouveau et dynamique secteur du diamant qui renforcerait en les faisant croître, nos activités où qu’elles se situent. Et que ceci constitue une contribution durable au bien-être des populations de ces pays qui produisent notre produit”.

Parmi les plus grands producteurs de diamants dans le monde : on trouve la Russie en premier lieu avec 22% de la production en 2006, suivie du Botswana, de l’Australie et de la République démocratique du Congo. Les producteurs africains veulent accroître la part de diamants triés et taillés dans leur pays et augmenter leur participation à la chaîne de valeur ajoutée. Et de fait, de plus en plus de sociétés, belges notamment, sont en train d’installer des tailleries de diamants en Afrique.

Plus d'infos:

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

entreprises

Les cours du pétrole brut : toujours plus hauts