DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Incursion turque, l'Irak de plus en plus inquiète

Vous lisez:

Incursion turque, l'Irak de plus en plus inquiète

Taille du texte Aa Aa

En Turquie, le ballet diplomatique s’accélère à quelques heures du vote au parlement à Ankara, attendu ce mercredi. Le gouvernement turc a demandé au Parlement son aval en vue d’une action militaire dans la région autonome du Kurdistan irakien, pour frapper les bases des séparatistes kurdes du PKK.

Ankara estime que 3500 rebelles ont trouvé refuge de l’autre côté de la frontière. Mais en Irak, l’attitude du voisin turc inquiète. Bagdad appelle à des négociations urgentes. Le vice-président irakien Tarek Hashemi a rencontré mardi le président turc Abdullah Gül.

A Washington on prévient que l’Irak défendra sa souveraineté en cas d’incursion turque. La France, de son côté, juge la tension entre l’Irak et la Turquie “inquiétante et dangereuse”.

Sur le terrain, l’inquiétude, le danger, ne sont pas des mots abstraits pour la population : “On ne veut pas que le parlement approuve l’incursion, dit un Turc. On ne veut pas la guerre ici. On ne veut pas que la frontière soit fermée.”

Dans les montagnes, les villageois ont vécu des bombardements de l’armée turque le week-end dernier, et déjà certains ont commencé à fuir.