DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Traité : les pays qui posent problème

Vous lisez:

Traité : les pays qui posent problème

Taille du texte Aa Aa

Succès ou échec ? L’issue du sommet dépendra d’une poignée de dirigeants, à commencer par les frères Kaczynski. Il y a quelques jours, le premier ministre et le président polonais claironnaient leur optimisme. Mais aujourd’hui, ils ont de nouveau menacé de retarder l’approbation du traité. Leur exigence est double : obtenir un système de vote qui leur soit plus favorable et un siège d’avocat général à la Cour européenne de justice.

Côté britannique une fois n’est pas coutume la voie est à priori dégagée. Gordon Brown a obtenu que ses lignes rouges ne soient pas franchies sur la politique étrangère ou encore la justice. Mais le pire pourrait être à venir. Les tabloids et l’opposition conservatrice mènent une campagne acharnée pour imposer un référendum sur le traité, et d’après un sondage, 75% des Britanniques veulent ce référendum.

Troisième trublion potentiel : Romano Prodi, le chef du gouvernement italien et ancien président de la Commission européenne. L’Italie digère mal la nouvelle répartition des sièges au Parlement européen, qui lui affecte à partir de 2009 le nombre de 72 sièges. C’est moins qu’actuellement, mais surtout, c’est moins que la France et le Royaume-Uni, or Rome tient à maintenir la parité avec ces deux pays.