DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

L'UDC, le succès d'un discours populiste

Vous lisez:

L'UDC, le succès d'un discours populiste

Taille du texte Aa Aa

L’affiche des moutons blancs expulsant un mouton noir ont fait scandale lors de la campagne électorale suisse. Pour ses détracteurs, encore un message raciste de l’UDC. Mais les responsables expliquent qu’il ne s’agissait que d’une alerte sur la situation sécuritaire dans le pays. Le message a été mal interprété, selon le président du parti, Ueli Maurer : “Les moutons noirs, ce sont des gens ou des facteurs qui dérangent, et tout le monde veut les éliminer. Ceci n’a rien à voir avec le noir et le blanc dans le sens du racisme”.

L’immigration est l’un des thèmes forts du parti, qui demande des conditions plus restrictives à l’obtention de l’asile politique, plus d’efficacité contre l’immigration illégale, la limitation des aides sociales.

Des positions qui ont valu au parti et au leader de son aile droite, Christoph Blocher, un certain succès, mais aussi beaucoup de critiques, en Suisse et encore plus à l‘étranger. Dans les pays francophones, Blocher est souvent comparé à Haïder ou Le Pen.

L’autre message fort du parti, c’est la défense de la souveraineté suisse. Ainsi lors d’un référendum en 2001, le pays dit “non” à une entrée dans l’Union européenne. Les positions de Christoph Blocher et du très conservateur “groupe de Zürich” ont progressivement pris de l’ampleur dans le parti, contre une aile centriste qui a fait quelques pas en arrière.

En 2003, l’UDC est devenue le parti majoritaire au Conseil National suisse, où le même Christoph Blocher a été élu par le Parlement. Un bis repetita donc pour la droite populiste.