DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

La Grande-Bretagne, le pays le plus malade d'Europe

Vous lisez:

La Grande-Bretagne, le pays le plus malade d'Europe

Taille du texte Aa Aa

Un rapport qui fait mal. Il émane du ministère de la Santé et son verdict est sans appel: la Grande- Bretagne est le pays le plus malade d’Europe. Les britanniques sont trop gros, boivent trop, fument trop, ont trop de diabète ou de maladies du foie. Particulièrement alarmante: l’obésité. La moyenne nationale est supérieure à celle de l’Union Européenne et dans certaines régions, elle est même supérieure à celle des Etats-Unis.

Récemment le cas du petit Connor McCreaddy, 8 ans, 90 kilos a brutalement mis en lumière le problème de l’obésité infantile dans ce pays et la nécessité pour le gouvernement d’agir en alarmant les parents. En Grande-Bretagne, 900 000 enfants de moins de 11 ans, soit 20% sont obèses. Dans l’UE, la moyenne est de moins de 7%.

Pointée du doigt en premier: la malbouffe. Les publicités pour les sucreries ont déjà été interdites pendant les programmes pour enfants, mais il reste du chemin à faire dans les habitudes alimentaires. Ainsi, en moyenne un britannique mange 25 kgs de fruits en moins que la moyenne chez ses voisins européens.

Et puis, l’autre bête noire de la santé britannique, c’est l’alcool et ses conséquences : consommation trop élevée, et ce qui va avec, violences, incivilités multiples, dangers en tous genres et maladies du foie en nette hausse. Le bilan est peu reluisant et les autorités ont du mal à gérer ce problème.

Un britannique consomme en moyenne près d’un demi-litre d’alcool pur de plus que ses voisins européens en un an. Et si depuis le 1er juillet 2007, il ne peut plus fumer dans les lieux publics et les pubs, il a tout de même plus de risques de mourir d’une maladie causée par le tabac que ses voisins de l’UE.

Un triste bilan donc dans un pays en pleine réflexion sur son système de santé, souvent pointé du doigt comme l’un des plus rétrogrades d’Europe. Le National Health Service offre des soins gratuits à tous ses usagers, mais les lourdeurs du système, les listes d’attente interminables dans les hôpitaux en font un service dont la modernisation est urgente.