DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Le problème des rebelles kurdes au coeur de la rencontre Brown-Erdogan

Vous lisez:

Le problème des rebelles kurdes au coeur de la rencontre Brown-Erdogan

Taille du texte Aa Aa

Le gouvernement turc privilégie encore la voie diplomatique pour tenter de stopper les attaques du PKK sur son territoire. Reçu à Londres mardi par le Premier ministre britannique Gordon Brown, le chef du gouvernement turc a toutefois rappelé qu’une incursion dans le nord de l’Irak pouvait être lancée “à n’importe quel moment”.

“Mais cette intervention militaire ne viserait que les positions des rebelles kurdes du PKK, a précisé Recep Tayyip Erdogan. Nous sommes toujours restés aux côtés du peuple irakien pendant les moments difficiles et nous continuerons de le soutenir. Nous n’avons aucune arrière-pensée concernant l’intégrité territoriale ou l’unité politique de l’Irak”. La menace d’une incursion turque inquiète particulièrement les Etats-Unis et la Grande-Bretagne, engagés en Irak. “Nous pensons que toute action en Irak devrait être menée en concertation avec le gouvernement irakien et avec ses alliés, notamment les Etats-Unis, a plaidé Gordon Brown. Nous savons que cette action est nécessaire pour empêcher les rebelles kurdes de menacer la vie des Turcs”.

En visite à Bagdad ce mardi, le ministre turc des Affaires étrangères a rejeté l’offre de cessez-le-feu conditionnel du PKK. “Pas question de traiter avec une organisation terroriste”, indique Ankara. Douze soldats turcs ont été tués dimanche dernier dans une attaque du PKK. Les funérailles de plusieurs d’entre eux ont eu lieu aujourd’hui dans différentes villes du pays. Ces obsèques se sont pour la plupart transformées en manifestations de colère contre les Kurdes.