DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Tchad: Paris condamne l'opération de l'Arche de Zoé et tente de trouver une sortie de crise honorable

Vous lisez:

Tchad: Paris condamne l'opération de l'Arche de Zoé et tente de trouver une sortie de crise honorable

Taille du texte Aa Aa

L’Affaire des enfants du Tchad prend une tournure de plus en plus politique. Les membres de l’Arche de Zoé ont été inculpés en début de semaine d’enlèvements d’enfants. Le gouvernement tchadien a assuré ne pas vouloir se servir de cette affaire et n’empêchera pas le déploiement d’une force européenne dans l’est du Tchad pour sécuriser les camps de réfugiés du Darfour voisin.

En France, l’opposition demande des comptes au gouvernement à double titre, sur le sort des inculpés et surtout pourquoi l’opération n’a-t-elle pas été empêchée. La secrétaire d’Etat aux Affaires Etrangères Rama Yade va recevoir aujourd’hui une délégation parlementaire pour faire le point. “Ils ont tort d’avoir fait ce qu’ils ont fait. J’ai eu le président Déby au téléphone. Je l’ai assuré que la France condamnait ces activités. Et nous allons essayer de trouver un accord pour que personne dans cette affaire ne perde la face” a déclaré le président français Nicolas Sarkozy.

L‘équipage espagnol de l’avion qui devait ramener les enfants en France est accusé de complicité dans cette affaire. Madrid demande leur libération. Le Secrétaire d’Etat aux Affaires Etrangères Bernardino Leon : “Actuellement, tout semble indiquer un manque de preuve vis-à-vis des espagnols. Tant que les preuves de leur culpabilité ne seront pas présentées, le gouvernement les considérera comme innocents et exigera leur libération”.

Les membres de l’Arche de Zoé risquent 20 ans de travaux forcés s’ils sont reconnus coupables. Selon Paris, la grande majorité des enfants seraient d’origine tchadienne et ne seraient pas orphelins.