DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Nouvel écueil sur la route d'une politique plus sereine en Belgique

Vous lisez:

Nouvel écueil sur la route d'une politique plus sereine en Belgique

Taille du texte Aa Aa

En Belgique les divergences entre les partis flamands et francophones se transforment un peu plus en un véritable fossé. Un vote a mis hier le feu aux poudres. Les députés flamands ont validé un projet de loi qui réduit les droits des francophones dans la périphérie flamande de Bruxelles.
Les députés francophones ont quitté aussitôt l’assemblée tandis que les Flamands applaudissaient.

Jean Marie Dedecker, leader nationaliste flamand : “C’est un jour historique pour les Flamands. Nous sommes enfin parvenus à imposer la majorité flamande. Ce qui s’est passé ici n’est qu’un commencement. Nous ne pouvons pas encore fêter cela, il y aura toutes sortes d’appels. Ca prendra sans doute encore un an. Mais nous avons montré les dents. Le lion flamand a rugit et c’est ce qui est important.”

Avec ce texte, 120 000 francophones de la périphérie de Bruxelles perdent la possibilité de voter pour des candidats de leur communauté aux législatives. Olivier Maingain, leader francophone :

“ C’est la première fois que dans la vie politique belge, sur un dossier institutionnel très délicat, il y a le vote d’une communauté contre une autre communauté. Qui plus est avec l’appui des voix d’un parti d’extrême droite.”

A l’issue d’une réunion les dirigeants des partis francophones ont déclaré qu’il s’agissait d’une agression politique grave. Didier Reynders, leader du Mouvement Réformateur :

“C’est un vote qui est très grave. Parce que c’est un vote qui va à l’encontre de ce que j’appelle le pacte des Belges, le respect des minorités et le respect d’une vie en commun dans laquelle on ne se prononce pas une communauté contre l’autre”

La crise politique belge s’aggrave encore alors que le pays est sans gouvernement depuis les élections légisaltives du 10 juin dernier. Le Flamand Yves Leterme qui tente de former depuis 5 mois une coalition pour devenir premier ministre risque de voir sa tâche devenir impossible.