DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Italie : nouvelles mesures pour stopper la violences des supporters de foot radicaux

Vous lisez:

Italie : nouvelles mesures pour stopper la violences des supporters de foot radicaux

Taille du texte Aa Aa

C’est à la fois émotion et colère qui règnent en Italie au lendemain de la mort d’un supporter de football et des violences urbaines qui ont suivi. Gabriele Sandri, un disc-jockey de 28 ans fan de la Lazio de Rome, a été abattu par un policier, sur une aire d’autoroute théâtre d’une rixe entre supporters rivaux.

Le policier affirme que le coup est parti tout seul alors qu’il courrait, l’arme à la main, après avoir effectué un premier tir de sommation en l’air. La justice italienne a engagé des poursuites pour “homicide par imprudence”. La requalification en “homicide volontaire”, souhaitée par la famille de la victime, reste envisageable. Le tir mortel ayant été effectué à hauteur d’homme.

Ce lundi, à l’issue d’une réunion de crise au ministère de l’Intérieur, l’Observatoire sur les manifestations sportives a annoncé l’interdiction de déplacement des supporters identifiés comme violents. La ministre des Sports a par ailleurs demandé la suspension pure et simple, pour quelques semaines, du championnat de Serie A. Des mesures en réponse aux violences qui ont éclaté dans plusieurs villes du pays dimanche.

Les supporters ultras de différents clubs – la frange la plus radicale – s’en sont pris aux forces de l’ordre jusque tard dans la soirée. A Rome, où les heurts ont été particulièrement violents, ils ont notamment attaqué une caserne de police et saccagé le siège du Comité national olympique italien (CONI).

Une quarantaine de policiers ont été blessés, dont un grièvement et au moins trois personnes interpellées.