DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Les arrestations arbitraires se poursuivent au Pakistan, alors que Bénazir Bhutto tente de fédérer l'opposition contre Pervez Musharraf

Vous lisez:

Les arrestations arbitraires se poursuivent au Pakistan, alors que Bénazir Bhutto tente de fédérer l'opposition contre Pervez Musharraf

Taille du texte Aa Aa

L’interpellation la plus remarquée ce mercredi est celle de l’ex-star du cricket Imran Khan. Toujours adulé au Pakistan, il participait à une manifestation à l’université de Lahore. La police a annoncé qu’il allait être accusé d’incitation au soulèvement armé dans le cadre des lois antiterroristes.

Dans une interview le général président Pervez Musharraf a exclu l’idée d’une levée de l‘état d’urgence. Il considère être l’homme de la situation pour conduire le Pakistan à la démocratie et affirme qu’il se retirera une fois l’agitation calmée. L’opposante et ancien premier ministre Bénazir Bhutto s’active dans la maison où elle est maintenue en résidence surveillée. Après avoir renoncé à négocier une transition avec le chef de l‘état, elle multiplie les contacts avec les leaders des partis d’opposition, y compris avec les islamistes. Ces entretiens accentuent l’isolement de Pervez Musharraf, même s’il conserve le soutien de l’armée et d’une partie de la classe politique. Si une alliance électorale parait peu réalisable, l’opposition pourraient tout de même se mettre d’accord sur un boycott des élections législatives de janvier si l‘état d’urgence n’est pas levé.