DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Hashim Thaci : la voie de la guérilla, de la guerre puis du gouvernement

Vous lisez:

Hashim Thaci : la voie de la guérilla, de la guerre puis du gouvernement

Taille du texte Aa Aa

En à peine 10 ans, Hashim Thaci aura montré des visages bien différents au gré des évènements. Mais l’homme qui portait le surnom de “serpent” pendant le conflit de 98-99 au Kosovo, visait le même objectif : l’indépendance.

Thaci est apparu sur la scène politique en 1998, à la tête de l’UCK, l’Armée de libération du Kosovo.
Le conflit a commencé cette année-là avec la répression serbe à Drenica, berceau du séparatisme albanophone.

Comme d’autres, Hashim Thaci a rompu avec la résistance passive du leader Ibrahim Rugova, aujourd’hui décédé. Les deux hommes ne se sont jamais rencontrés en tête à tête.

Pendant le conflit, Thaci devint le premier ministre du gouvernement provisoire du Kosovo.

Thaci apparaît sur la scène politique internationale à la conférence de paix à Rambouillet en France au printemps 99. Conférence où, fort du soutien des Etats-Unis, il s’affirme comme le chef des négociateurs albanophones.
En juin, il signe avec le commandant de la KFOR l’accord de démilitarisation de l’UCK. Un accord qui donne 90 jours à la guérilla indépendantiste pour remettre ses armes aux forces de l’Otan.

Après la création du Parti démocratique du Kosovo, Thaci lance plusieurs appels au dialogue avec Belgrade et prône la tolérance ethnique.