DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Après la France et l'Allemagne, c'est au tour de la Hongrie d'affronter la grogne de ses cheminots

Vous lisez:

Après la France et l'Allemagne, c'est au tour de la Hongrie d'affronter la grogne de ses cheminots

Taille du texte Aa Aa

Ils étaient des milliers réunis ce mercredi devant le Parlement dans une ambiance bon enfant. Soutenus par le principal parti de l’opposition conservatrice, la Fidesz, ils protestent contre les réformes économiques voulues par le gouvernement. La coalition au pouvoir entend fermer des petites lignes de campagne de la compagnie nationale des chemins de fer qui perd des centaines de millions d’euros par an. Mais la grogne sociale n’inquiète pas le Premier ministre socialiste. Ferenc Gyurcsany estime que le mouvement n’est pas assez suivi et n’entend pas revenir sur son projet de réforme.

Seuls deux des six principaux syndicats de cheminots ont débrayé. Les grévistes ont bloqué plusieurs routes et deux lignes de bus mais le trafic n’a été interrompu qu’entre 6h00 et midi, heure locale.