DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Liban : vers un nouveau report de l'élection présidentielle

Vous lisez:

Liban : vers un nouveau report de l'élection présidentielle

Taille du texte Aa Aa

L’opération diplomatie de la dernière chance vraisemblablement vouée à l‘échec. Les ministres des Affaires étrangères français, espagnol et italien sont à Beyrouth pour tenter de sortir le Liban de l’impasse.

La majorité et l’opposition ont en effet jusqu‘à ce vendredi minuit pour s’entendre sur le nom d’un nouveau président. Mais le pessimisme règne. Les deux camps n’ont plus que quelques heures pour trouver une solution qui leur échappe depuis plusieurs mois, et la session parlementaire de ce vendredi n’aura très probablement pas lieu.

Plusieurs scénarii sont envisagés pour l’après-24 novembre, dont celui de cet analyste : “Etant donné que les deux camps défendent des positions contradictoires, s’ils se mettent d’accord sur un candidat, on pourraît très bien le qualifier de candidat schizophrène, car il représente deux positions discordantes. Le rôle d’un tel président sera de diriger le pays sur la base des
contradictions et empêcher le Liban de sombrer dans la guerre civile”.

Une nouvelle guerre civile, c’est le scénario envisagé par les plus pessimistes. Mais pour le moment, les Libanais ne veulent pas y croire : “Non il n’y aura pas de guerre, affirme l’un d’eux. Aucune des parties ne veut la guerre. Il y aura un vide pendant un ou deux mois le temps qu’ils trouvent un président”. “Il n’y aura pas de guerre parce que si cela se produisait tout le monde serait perdant. Personne ne sortira gagnant, si Dieu le veut, pas de guerre”, insiste une autre.

Faute d’une improbable percée de dernière minute, la crise politique semble donc condamnée à s’aggraver d’ici la fin de la semaine.