DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Maurice Béjart: Un dernier pas de danse

Vous lisez:

Maurice Béjart: Un dernier pas de danse

Taille du texte Aa Aa

La danse, c‘était sa vie. Maurice Béjart, l’un des chorégraphes les plus prolifiques de sa génération, est mort dans la nuit de mercredi à jeudi en Suisse à l‘âge de 80 ans. Il avait été hospitalisé pour suivre un traitement cardiaque et rénal.

C’est à 14 ans, qu’il fait ses premiers pas de danseur, d’abord à l’Opéra de Paris puis auprès de Roland Petit. Il signe sa première chorégraphie en 1952 et très vite veut rapprocher cet art du public. Sous son impulsion, la danse devient physique, sensuelle. Il mélange les genres, théâtre, musique pour livrer un spectacle complet. Son “Sacre du Printemps” en 1959 est un triomphe qui le révèle.

Pour l’artiste, pas de danse, sans amour, pas de création sans passion. Un mode de vie qu’il insuffle à ses danseurs comme ici avec l’Argentin Jorge Donn. “Je crois que ceux qui n’ont pas connu l’amour sont des gens frustrés disait-il. Et je crois que la danse – étant l’explosion du corps et de l’esprit – retrouve les grandes faces de l’amour”.

Son style est peu académique mais reconnaissable entre tous. Très apprécié du grand public, il est souvent critiqué par le milieu de la danse. Sa carrière, il la fera en Belgique puis en Suisse. 50 ans de carrière, plus de 200 créations: le maître du ballet a fait ses adieux à son grand amour.