DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Plus de médiation dans l'affaire des otages colombiens

Vous lisez:

Plus de médiation dans l'affaire des otages colombiens

Taille du texte Aa Aa

Le président du Venezuela Hugo Chavez voit sa mission de médiation réduite à néant. Son homologue colombien lui a en effet retiré tout pouvoir afin de parvenir à une libération des otages détenus par la guérilla des FARC dans la jungle colombienne.

Alvaro Uribe met fin à cette médiation alors qu’elle durait depuis trois mois. Il reproche officiellement au président vénézuélien une ingérence dans les affaires de l’Etat colombien. Le porte-parole du président Uribe explique “qu’ Hugo Chavez a directement contacté par téléphone le commandant de l’armée colombienne, et qu’il n’aurait pas dû. Il a interrogé le général Montoya sur les otages”.

L’arrêt brutal de la médiation est une douche froide pour les familles des otages, notamment pour celle de la franco-colombienne Ingrid Betancourt. Le mari d’Ingrid est en colère : “Le président Uribe n’a jamais eu la volonté politique réelle de résoudre le problème des otages, déclare Juan-Carlos Lecompte. C’est une réaction très habituelle chez lui. Dès que les choses commencent à avancer, comme cette fois-ci, il met un obstacle”. Le président français Nicolas Sarkozy indique qu’il va insister auprès de son homologue colombien pour qu’il maintienne le dialogue avec Hugo Chavez. Ingrid Betancourt est retenue en otage par les FARC depuis 2002.