DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Le Liban n'a plus de président

Vous lisez:

Le Liban n'a plus de président

Taille du texte Aa Aa

Emile Lahoud a quitté la tête de l’Etat libanais vendredi soir à minuit. Le pays du Cèdre se retrouve officiellement sans président. Une situation dûe à l’incapacité des différentes formations parlementaires de s’entendre sur le nom du successeur de Lahoud.

“Il faut qu’il y ait un président aussi vite que possible” a martelé Emile Lahoud en quittant le palais. “Parce que ce gouvernement est illégitime, et anti-constitutionnel, même si Bush, les Etats Unis et le monde entier reconnaissent le gouvernement. Il est illégitime et ils le savent”.

Ce vendredi, le parlement a de nouveau échoué à élire un nouveau président. L‘élection a été reportée pour la cinquième fois et renvoyée au 30 novembre. De quoi aggraver les incertitudes sur l’avenir politique du Liban, pourtant dans le camp anti-syrien, le départ de Lahoud a été longuement fêtée dans les rues de Beyrouth, feux d’artifices à l’appui…

Dans un dernier geste avant de quitter son poste, Emile Lahoud a confié à l’armée la mission de garantir la sécurité des institutions et du pays. Une décision rejetée par le gouvernement : “Le président ne peut pas décider de déclarer l‘état d’urgence car cette responsabilité revient au gouvernement et au parlement” a expliqué l’un des ministres Ahmed Fatfat. “Et l’armée rempli son rôle normalement en concertation et avec l’accord du gouvernement”.

En vertu de la Constitution, les prérogatives du chef de l’Etat sont automatiquement transmises au gouvernement en cas de vacance de la présidence. L’armée a été déployée dans Beyrouth pour empêcher tout débordement