DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Jérusalem au coeur du conflit israélo-palestinien

Vous lisez:

Jérusalem au coeur du conflit israélo-palestinien

Taille du texte Aa Aa

Jérusalem, ville sainte pour les Musulmans, les Juifs et les Chrétiens, est au coeur du conflit israélo-palestinien. Aborder des pourparlers sur son statut définitif relève presque du tabou, tellement les positions sont retranchées.

Située sur la frontière israélo-cisjordanienne, aucun Etat n’a jamais ouvert d’ambassade dans cette ville qu’ Israéliens et Palestiniens revendiquent comme leur capitale.

La route numéro 1 contourne le nord de la vieille ville de Jérusalem. C’est la seule marque visible rappelant la frontière de Jérusalem-est jusqu’en 1967, là où les Palestiniens rêvent d‘établir la capitale de leur Etat.

Il y a 40 ans, ici il y avait un check-point qui séparait les parties orientale et occidentale de la ville, respectivement sous contrôle jordanien et israélien. Mais en juin 1967, l’armée israélienne occupe la vieille ville lors de la guerre éclair des 6 jours. Les israéliens jubilent, enfin ils ont accès aux lieux saints du judaïsme, Jérusalem est réunifiée, ils peuvent y proclamer leur capitale “éternelle et indivisible”. Ils feront tout pour empêcher les Palestiniens de reprendre Jérusalem-est, même si l’ONU a depuis réitéré maintes fois l’illégitimité de l’occupation.

A l’heure du sommet d’Annapolis, ces israéliens de Jérusalem ouest, ne refusent pas le principe de la négotiation : “Si l’Amérique ou Abou Mazen et son peuple promettent qu’ils ne s’en prendront pas aux Juifs et seront corrects avec nous, qu’ils en finiront avec la folie, et les problèmes qu’ils nous causent, alors Israel pourrait faire un geste, et alors il pourrait y avoir la paix, si dieu le veut.”

Jérusalem-est n’est pas seulement un lieu saint de l’islam. Ici, vivent 240 000 palestiniens qui se sentent discriminés au quotidien par les autorités de la ville. Eux aussi veulent croire en la négociation. Yakoob Arrajabi, palestinien de Jérusalem-est : “S’il y avait un partage de souveraineté sur Jérusalem, il n’y aurait pas d’objection, parce qu‘à la fin, les deux peuples, israéliens et palestiniens, pourraient vivre en harmonie, et la vie de tous les jours s’en porterait mieux.”

Les Israéliens ont transformé Jérusalem en une forteresse séparée de la Cisjordannie, mais pour avoir la paix avec les Palestiniens un compromis sur la ville sainte est incontournable.