DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Soudan : le cas de l'institutrice accusée d'insulte au Prophète pourrait empirer

Vous lisez:

Soudan : le cas de l'institutrice accusée d'insulte au Prophète pourrait empirer

Taille du texte Aa Aa

Une institutrice britannique a été arrêtée à Khartoum au Soudan pour insulte au prophète Mahomet. Les autorités soudanaises reprochent à Gillian Gibbons d’avoir permis à ses écoliers de six ans de nommer un ours en peluche Mohammed.

Toute représentation du prophète est strictement interdite et est jugée blasphématoire par l’Islam.
Le nord du pays applique la charia. Pour un musulman, ce sacrilège vaudrait la peine de mort.

“L’Islam respecte la liberté des autres et leur liberté de parole, mais cela ne doit pas se faire au dépend de nos croyances ou au dépend de notre religion, explique cet imam. L’Islam donne une chance aux gens d’exprimer leur opinion. Mais en retour nous demandons aux autres de respecter nos opinions”.

Ce mardi, les autorités soudanaises ont acceléré l’enquête et averti que le cas de l’institutrice pourrait s’alourdir. Londres a plaidé en faveur d’une libération rapide de Gillian Gibbons. Selon le code pénal soudanais, l’institutrice encourt une peine maximale de six mois de prison, quarante coups de fouet et une amende.