DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Mutinerie réprimée aux Philippines

Vous lisez:

Mutinerie réprimée aux Philippines

Taille du texte Aa Aa

Aux Philippines, une trentaine de soldats rebelles se sont retranchés dans un hôtel de Manille, pour réclamer la démission de la présidente Gloria Macapagal Arroyo. Ils se sont finalement rendus aux autorités après l’assaut de l’armée. A la tête de cette rebellion, un sénateur et officier de la Marine, Antonio Trillanes. C’est la troisième tentative de putsh à laquelle est confrontée la chef de l’Etat depuis son arrivée au pouvoir il y a six ans. Ses adversaires l’accusent de corruption.
Une partie des insurgés devait d’ailleurs être jugée ce même jour pour un précédent soulèvement. Mais ils ont réussi à s‘échapper grâce à la connivence de leurs gardiens. Ils ont ensuite trouvé refuge dans l’hôtel Peninsula, dans le quartier des affaires de Manille. Après le rejet d’un ultimatum fixé par les autorités, les forces armées restées fidèles à la présidente ont donné l’assaut contre l’hôtel. De nombreux journalistes sont restés retranchés aux côtés des rebelles jusqu‘à la fin des opérations, les télévisions relayant les messages délivrés par les insurgés. Rapidement après le début de l’assaut, les responsables ont décidé de se rendre, afin ont-ils dit d‘éviter de faire des blessés. Cette énième tentative de coup d‘état aux Philippines semble avoir été soigneusement orchestrée. Elle s’est conclue sous l’oeil des caméras et sans effusion de sang. Un couvre-feu a tout de même été instauré à Manille et sa banlieue pour la nuit prochaine.