DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Trois membres présumés de l'ETA activement recherchés en France

Vous lisez:

Trois membres présumés de l'ETA activement recherchés en France

Taille du texte Aa Aa

Les trois membres présumés de l’ETA, soupçonnés d’avoir tué un garde civil espagnol dans le sud-ouest de la France, sont toujours en fuite. Ils ont abandonné leur voiture près de Mont-de-Marsan, dans les Landes. A l’intérieur, la police a retrouvé du chlorate, qui peut servir à fabriquer des explosifs. Les fugitifs, deux hommes et une femme, ont ensuite volé un véhicule du même modèle. Ils ont retenu sa conductrice en otage avant de la relâcher près de Bordeaux.

Les ministres français et espagnol de l’Intérieur se sont rendus à Capbreton, dans les Landes, où a eu lieu la fusillade qui a tout déclenché. Michèle Alliot-Marie : “Nous avons déclenché le plan Epervier. Nous sommes aujourd’hui à leur recherche avec des moyens extrêmement importants”. Le ministre espagnol de l’Intérieur Alfredo Perez Rubalcaba indique que “l’opération conjointe de la garde civile et de la gendarmerie ne s’est pas déroulée comme prévu. Mais elle avait lieu dans le cadre de la coopération habituelle entre les deux pays pour lutter contre l’ETA”.

Selon les premiers éléments de l’enquête, les militaires espagnols et les membres présumés de l’ETA se sont retrouvés face à face par hasard sur le parking d’une cafétéria de Capbreton. Le garde civil qui est mort avait 24 ans. Son collègue de 23 ans, qui a été blessé, est dans un état critique.