DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Joachim Rücker sera-t-il le dernier représentant spécial de l'ONU au Kosovo ?

Vous lisez:

Joachim Rücker sera-t-il le dernier représentant spécial de l'ONU au Kosovo ?

Taille du texte Aa Aa

Les négociations sur le statut de la province sous administration onusienne depuis 8 ans doivent prendre fin le 10 décembre. Qui prendra la relève ? Que reste-t-il à faire ? Quel bilan dresser de la mission de l’ONU au Kosovo ?

EuroNews a rencontré Joachim Rücker à l’aéroport de Pristina. Il esquive les critiques, refuse toute spéculation, mais annonce son départ prochain.

EuroNews:
Monsieur Rücker, bonjour. Quand vous avez repris le contrôle de la mission de l5;ONU, il y avait déjà à ce moment de nombreuses critiques concernant les résultats de la mission. Les problèmes économiques n5;étaient pas résolus, les problèmes de sécurité non plus, la question du statut trainait en longueur… Il semble que ces critiques perdurent..Alors comment expliquez-vous ce bilan, et pour le moins, le mécontentement de la population du Kosovo ?

Joachim Rücker:
Eh bien…Il ne fait aucun doute que… la population du Kosovo est fatiguée et frustrée quant au retard concernant l‘élaboration du statut, l’absence de résultats du processus de négociations sur le statut..
Quant à ce que la mission a réalisé ou n’a pas réalisé, j’aurais tendance à dire que la bouteille est à moitié pleine plutôt qu‘à moitié vide!

Vous le savez, au cours des 8 dernières années, nous avons reussi,avec nos partenaires au Kosovo, à poser les fondations d5;une démocratie qui fonctionne. Vous avez vu que les élections se sont déroulées sans problème. Nous avons aussi jeté les bases dun Etat de droit qui fonctionne, et d une economie de marche qui fonctionne. Je pense que ce ne sont pas de petites réalisations.

EN
Concernant les élections, vous avez dit que c5;était un bon signe pour la démocratie; les Serbes ne sont pas d5;accord avec vous!

JR
Bon..Les Serbes, les Serbes du Kosovo, étaient sous forte pression de Belgrade et de leurs leaders pour qu ils ne participent pas. Cela a été jusqu’aux intimidations et aux menaces. Et cela, bien sûr, est préoccupant. Cependant la participation des Serbes a été bien meilleure qu5;en 2004.

EN
Parmi les critiques, il y a eu des accusatioons de corruption concernant le personnel de le mission de l’ONU ; votre propre adjoint a admis publiquement qu5;il faisait l5;objet d5;une enquête. Les médias kosovars affirment que vous faites vous-même l5;objet d5;une enquête. Est-ce que vous démentez ?

JR
Quand il y a une enquête, nous avons ce bureau de surveillance interne à New-York et vous devriez leur demander sur quoi ils enquétent exactement. Il y a constamment des investigations sur toutes les missions des Nations unies… à travers le monde.

EN
Mais vous ne savez pas ce qu5;ils font ?

JR
Je ne suis pas au courant, je ne suis pas au courant !!

EN
Vous ne savez pas s5;ils mènent une enquête ?

JR
Non ils ne me le disent pas !! C5;est pourquoi vous devez leur demander !

EN
D’accord, mais votre adjoint, lui, est au courant!

JR
Oui..mais, il n5;a pas d5;indications précises sur7;. le sujet de cette enquête par exemple…alors..

EN
Donc vous avez juste remarqué7;

JR
Je vous recommande de vous adresser directement à New York.

EN
Quel est, a votre avis l5;avenir de la mission de l5;ONU au Kosovo ? Certains disent qu5;il n5;y a aucun projet, même pas pour 2008, est-ce exact ?

JRL5;avenir de la mission dépend évidemment du processus de négociations sur le statut de la province et sa solution.
On sait deja que la mission de la troîka
s achevera le 10 décembre. Nous esperons qu’ensuite, et même peut-être encore pendant la mission de la troika, on aura rapidement une solution. Il y aura ensuite probablement une periode de transition entre la mission des Nations unies et les nouvelles autorités du Kosovo, avec le futur statut.
Donc je compte bien m’en aller..d’ici l‘été prochain au plus tard.

EN
A votre avis que peut faire l’ Union européenne qui n’a pas ete encore fait ? Que reste-t-il à faire pour une future mission au Kosovo ?

JR
Je suppose que les futures missions devront superviser la mise en oeuvre du nouveau statut. Ce sera un mandat différent de la mission actuelle. Notre mission est aujourd hui pratiquement responsable de tout au Kosovo. Mais ce sera différent dans les missions futures.

EN
On spécule beaucoup sur une possible partition entre la partie serbe du Kosovo, au nord, et le reste de la province. Si cela arrive, qui protègera les enclaves serbes ?

JRJ’aimerais commenter votre supposition…selon laquelle il devrait y avoir une partition.

EN
Je ne dis pas que cela devrait arriver. Je dit juste qu’il y a des spéculations a ce sujet.

JR
J aimerais… j’aimerais insister sur le fait que la partition est une des choses que le groupe de contact, pour de bonnes raisons, a exclu d’emblée du processus de négociations sur le statut. Et bien súr nous croyons en ce principe et nous pensons que ce serait une très très mauvaise idée ne serait-ce que de penser à une partition! Ayant dit-cela, ce qu’on appelle les… enclaves, enfin les villages et les villes serbes au sud du fleuve Ibar sont aussi sécurisés que…n’importe quel autre ville ou village du Kosovo.

EN
Il y a pourtant toujours un sentiment de peur dans la communaute serbe..

JR
Et bien…Il y a…. des inquiétudes mais… il y a un plan sur la table. Je sais qu il n a pas été accepté par le Conseil de sécurité de l’ONU, c est le plan Athissari…il répond précisement à toutes ces préoccupations de manière très détaillée et spécifique. Et bien sûr, nous devons aussi inciter les serbes du kosovo et tous ceux qui expriment ces inquiétudes, à chercher eux-mêmes des solutions a ces problèmes.

EN
Que mettriez-vous en avant a propos de cette mission au Kosovo; Y-a-t-il des choses que vous regrettez ?

JR
Ce qui m’est cher…c’est… la manière dont les Kosovars croient en leur avenir… malgré de nombreuses déceptions, malgré de nombreux revers. Et je pense qu’il y a beaucoup a apprendre de cela. La confiance intrinsèque en leur propre avenir est une chose très admirable.. Ca,c’est une chose qui va me manquer.
Ce qui en me manquera pas, ce sont les tas d’ordures qu’on voit partout dans les rues et devant les maisons..Mais je suis sûr que ca aussi, ca va s’arranger..

EN
Qu’allez-vous faire ensuite ? Vous le savez ?

JR
En fait je ne sais pas! Vous avez un job pour moi ?

EN
je ne crois pas… Merci beaucoup monsieur Rücker.