DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Le Darfour à Lisbonne


monde

Le Darfour à Lisbonne

L’artiste française Hélène Coux expose 150 photos en plein coeur de la capitale portugaise, face à la gare de l’Orient. Son dessein : montrer le quotidien de la province soudanaise une province dévastée par la guerre depuis près de cinq ans au moment-même où les leaders européens et africains, Soudan compris, se réunissent à Lisbonne.

“Il est crucial d’attirer à travers les images l’attention sur le destin du peuple du Darfour”, explique l’artiste. “Je pense que le grand public, vous, moi, tout le monde dans les rues de Lisbonne et des autres capitales européennes doit savoir ce qui se passe au Darfour, et les photos sont un moyen de le montrer.”

En janvier, des casques bleus doivent se joindre aux hommes de l’Union africaine dans la province. Deux émissaires de l’ONU vont tenter de lever au sommet les réserves du président soudanais. Mais les moyens manquent, comme le souligne le père Leonel, membre d’une plate-forme d’ONG portugaises au Darfour :

“Nous sommes à moins d’un mois de l‘échéance et pratiquement rien n’a été fait. On ne sait pas qui va commander, on ne sait pas qui va fournir les troupes, le matériel et qui va fournir l’aide économique pour cette force. On est presque comme au début. Nous souhaitons donc que les gouvernements européens puissent faire quelque chose au cours de ce sommet.”

Depuis février 2003, le conflit du Darfour aurait fait 200.000 morts et plus de deux millions de déplacés. L’avocat soudanais Salih Mahmoud Osman était présent lorsque les photos ont été dévoilées au public. Ce défenseur des droits de l’Homme procure une assistance juridique aux victimes du conflit et se verra remettre mardi prochain le prix Sakharov 2007.

Plus d'infos:

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

Le tueur d'Omaha voulait devenir célèbre