DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Kosovo : la tentative des Européens déjà fustigée par Belgrade

Vous lisez:

Kosovo : la tentative des Européens déjà fustigée par Belgrade

Taille du texte Aa Aa

L’avenir du Kosovo aura été au coeur du sommet européen de Bruxelles. Si dans leur déclaration les Vingt-sept ont évité le terme “indépendance”, c’est bien de cela dont il a été question. La province serbe va la déclarer, c’est une question de mois. Pour éviter toute déstabilisation et prendre pied au Kosovo, les Européens veulent y envoyer une mission policière et civile. José Socrates, président en exercice de l’UE :

“La décision politique que nous avons prise sur une mission PESD pour le Kosovo, cela est sans doute le signe le plus clair que l’Union européenne pouvait donner de sa volonté de prendre l’initiative sur la question du Kosovo, son développement futur et la paix dans cette région.”

La mission compterait 1800 policiers, douaniers et magistrats. Mais pour le Président français Nicolas Sarkozy, il va falloir ménager la Serbie, qui ne veut toujours pas entendre parler d’indépendance. La possibilité d’un rapprochement accéléré avec l’UE se lit d’ailleurs en filigrane dans la déclaration finale du sommet :

“Chacun conviendra que pour régler la question du Kosovo, le problème de la Serbie se pose aussi quand même. Si vous dites ce qui est la position de la France l’indépendance du Kosovo est inéluctable, et si on ne dit rien aux Serbes, est-ce que vous croyez que l’on a fait progresser les choses. Quand même, il faut essayer d’apaiser.”

Mais à en croire le chef de la diplomatie serbe, Belgrade n’a aucune intention de se laisser amadouer :

“Ce gouvernement ne voit pas la question du futur statut du Kosovo et celle de l’Union européenne comme des choses qui puissent être matière à compensation. Le marchandage est hors de question.”

Plus acerbe encore, le premier ministre Vojislav Kostunica a catégoriquement rejeté l’envoi d’une force européenne au Kosovo, qui créerait, a-t-il dit, un Etat fantoche en territoire serbe. C’est dire si le dossier est explosif et encore loin d‘être résolu.