DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

La situation économique des Territoires Palestiniens est aujourd'hui critique, et s'aggrave encore dans la Bande de Gaza

Vous lisez:

La situation économique des Territoires Palestiniens est aujourd'hui critique, et s'aggrave encore dans la Bande de Gaza

Taille du texte Aa Aa

Croissance économique : 0. Objectif : sortir la tête de l’eau. Le plan de développement du Premier ministre palestinien a certes séduit les donateurs. Reste à le financer pour mettre sur les rails l’Etat auquel les Palestiniens aspirent. Un Etat encore embryon, et ruiné avant même d‘être né, 14 ans après Oslo.

La situation est alarmante dans les territoires, ce n’est pas nouveau. Ce qui l’est c’est que l‘économie s’enfonce, risquant de compromettre les chances de voir émerger une structure politique stable.

Le futur Etat, qui de fait était morcelé, est aussi aujourd’hui politiquement divisé. Depuis juin et la prise de contrôle par le Hamas, la bande de Gaza est bouclée, totalement coupée du monde. La fracture économique entre les deux entités territoriales s’aggrave.

Alors que le chômage, plus faible en Cisjordanie, a diminué au cours de la dernière année, à Gaza il ne cesse d’augmenter, atteignant 35% en 2006. La pauvreté explose également, lorsque les chiffres restent relativement stables en Cisjordanie. Quant aux travailleurs employés en Israël, ils sont passés de 25 à 12% en Cisjordanie et de 15 à 0% à Gaza.

Les donateurs ont promis qu’en dépit de la situation politique, 35 à 40% de l’aide sera dirigée vers la bande de Gaza où, selon toutes les organisations présentes sur place, il y a urgence.

A Gaza les prix des aliments de base ont augmenté entre 30 et 40%. 80% de la population est dépendante de l’aide humanitaire. La production des entreprises privées a chuté de 76 à 11%. Et la dépendance à l‘égard de l‘électricité israélienne s‘élève à 70%.

Les Palestiniens sont privés de leurs droits élémentaires : manger, travailler, être instruits, être soignés. La situation est particulièrement préoccupante dans les hôpitaux où les blocages israéliens et les coupures électriques compromettent les chances de survie de certains patients, notamment ceux qui ont besoins de soins spécialisés qui ne peuvent pas être dispensés sur place.

Un médecin explique la situation : “Ces derniers mois la situation est devenue insupportable. Plusieurs patients sont morts pendant les dernières semaines parce que l’autorisation n’est pas arrivée à temps. Par ailleurs il y a un sérieux problème d’approvisionnement en électricité et fioul qui va compromettre le fonctionnement normal de l’hôpital et des services de soins.”

Ainsi les donateurs l’ont répété. Tant que les bouclages israéliens perdureront, l‘économie palestinienne piétinera. Aucun investissement n’est possible dans ces conditions.