DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Bruxelles dévoile son plan pour réduire les émissions des voitures neuves, levée de boucliers dans l'industrie automobile

Vous lisez:

Bruxelles dévoile son plan pour réduire les émissions des voitures neuves, levée de boucliers dans l'industrie automobile

Taille du texte Aa Aa

La commission européenne a annoncé ce mercredi son plan pour réduire à terme, les émissions de gaz carbonique des voitures neuves. Pour le faire appliquer, Bruxelles entend s’attaquer au portefeuille des constructeurs présents en Europe, qu’ils soient européens ou non. Des amendes sont prévues pour ceux qui ne rempliront pas les critères.

Le commissaire européen à l’environnement Stavros Dimas entend rappeler aux industriels, l’importance de l’enjeu: “Si l’Union européenne veut remplir ses objectifs ambitieux de réduction des émissions de gaz à effet de serre, le fardeau de cette réduction doit être partagé de manière équitable,” a-t-il souligné. Il a ajouté que “Tous les secteurs doivent participer dont celui du transport routier. Sinon, les autres secteurs devront faire plus.”

Les émissions de CO2 des voitures neuves d’une moyenne de 160 grammes par kilomètre devront passer à 130 en 2012. Dix grammes seront ensuite gagnés grâce aux biocarburants et aux améliorations sur les pneus et la climatisation.

Les constructeurs de grosses cylindrées, gourmandes en carburant, notamment les grands groupes allemands, devront faire plus d’efforts pour répondre aux critères. Ce que dénonce la chancelière allemande Angela Merkel: “Nous soutenons l’objectif global poursuivi par la commission, mais le chemin qu’elle a choisi pour y parvenir n’est pas bon d’un point de vue économique. Il contredit aussi les conclusions de la Commission elle-même. C’est pour cela que nous pensons qu’on fait ici une politique industrielle au dépends de l’Allemagne et de ses constructeurs automobiles et que nous sommes mécontents de ce résultat.”

Les amendes prévues par Bruxelles seront graduelles: elles commenceront à 20 euros par gramme en excès par kilomètre en 2012 pour monter à 95 en 2016. Du côté des constructeurs de petits modèles, moins polluants, comme les français, italiens ou espagnols, on dénonce aussi le projet. Certains estiment qu’il est anti-concurrentiel par rapport aux constructeurs non-européens.