DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Pour les FARC, la démission du président colombien garantirait la libération des otages

Vous lisez:

Pour les FARC, la démission du président colombien garantirait la libération des otages

Taille du texte Aa Aa

Si le président colombien démissionnait, tous les otages seraient libérés. C’est ce qu’a affirmé hier soir le porte-parole des Forces armées révolutionnaires de Colombie (FARC) cité par une agence proche du mouvement marxiste. Selon lui, la démission d’Alvaro Uribe garantirait la réalisation d’un échange: la libération par le gouvernement de 500 membres des FARC contre celle de 45 otages dont Ingrid Betancourt.

Son mari Juan Carlos Lecompte estime lui aussi que “si Alvaro Uribe démissionnait, cela permettrait à coup sûr la réalisation de cet accord humanitaire”. “Si nous avions eu un autre président, l’accord aurait été conclu il y a des années et les otages seraient chez eux depuis bien longtemps”, a-t-il affirmé.

Après la diffusion fin novembre de preuves de vie d’Ingrid Betancourt, ses proches ont repris espoir, et encore plus depuis l’engagement pris mardi par les FARC de libérer trois otages dont l’ancienne collaboratrice d’Ingrid Betancourt, Clara Rojas. D’après la famille Betancourt, les trois otages auraient déjà quitté la zone de sécurité des rebelles.

Hier, lors d’une manifestation de soutien à Paris, la fille de l’otage, Mélanie Betancourt, a demandé un geste au président colombien. Hier soir, Alvaro Uribe réaffirmait de son côté, son refus de mettre en place une zone démilitarisée en Colombie comme le réclame la guérilla.