DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Troisième jour de procès pour l'Arche de Zoé au Tchad

Vous lisez:

Troisième jour de procès pour l'Arche de Zoé au Tchad

Taille du texte Aa Aa

Eric Breteau, le fondateur de l’ONG française “L’Arche de Zoé” et sa compagne Emilie Lelouche, comparaissent avec huit autres prévenus dont quatre Français de l’association devant la Cour criminelle de N’Djamena.

Les familles des 103 enfants que les humanitaires souhaitaient exfiltrer vers la France réclament 300 000 euros de dommages et intérêts par mineur. Elles affirment avoir été trompées par les membres de l’association qui leur auraient promis de les scolariser à Abéché, dans l’est du Tchad.

Prise d’un malaise pendant l’audience, l’infirmière de l’ONG, a été évacuée par ambulance et conduite à une base militaire française. La jeune femme, comme ses coaccusés, observe depuis début décembre une grève de la faim et se contente de boire de l’eau.

La ligne de la défense n’a pas bougé. Pour leurs avocats, les 6 Français ont été induits en erreur par des intermédiaires locaux qui leur avaient présenté les enfants comme des orphelins du Darfour, région de l’ouest du Soudan en proie à la guerre civile.

Ces enfants se trouvent toujours dans un orphelinat d’Abéché, la plus grande ville de l’est du Tchad.