DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Négocations au lendemain des élections en Thaïlande

Vous lisez:

Négocations au lendemain des élections en Thaïlande

Taille du texte Aa Aa

La Thaïlande s’est réveillée dans l’incertitude au lendemain du premier scrutin législatif depuis le putsh de 2006. Cette élection est un camouflet pour les militaires qui ont mené le coup d’Etat. Le Parti du Pouvoir du Peuple remporte largement le scrutin. La formation emmenée par Samak Sundaravej regroupe les alliés de l’ex-Premier ministre thaïlandais renversé Thaksin Shinawatra, aujourd’hui en exil.

Le PPP rate toutefois la majorité absolue et doit former une coalition s’il veut constituer un gouvernement. Il se dit aujourd’hui en mesure de le faire. Depuis Hong-Kong Thaksin a annoncé que si cette coalition est formée il pourrait revenir en Thaïlande mi-février.

Une coalition que va aussi chercher à obtenir le Parti Démocrate arrivé second, qui regroupe les opposants à l’ex-Premier ministre. Le parti a les faveurs de l’armée. Mais sa tâche s’annonce difficile.

La grande inconnue est la réaction de la junte militaire qui avait renversé Thaksin en l’accusant notamment de corruption, et qui cherchait à le faire oublier. L’hypothèse d’un nouveau putsh n’est pas à écarter.

Le Parlement doit siéger dans un délai de 30 jours. Il disposera alors d’un mois pour désigner le nouveau Premier ministre.