DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Kenya : gouvernement et opposition se renvoient la responsabilité des violences interethniques

Vous lisez:

Kenya : gouvernement et opposition se renvoient la responsabilité des violences interethniques

Taille du texte Aa Aa

La situation reste tendue au Kenya, manifestations et affrontements se poursuivent à travers le pays. Les émeutes ont baissé d’intensité, mais les forces de l’ordre peinent à ramener un calme total.

Plus de 300 personnes ont trouvé la mort depuis le 27 décembre suite à réélection contesté du président Mwai Kibaki. Ajoutant encore au chaos, le président de la commission électorale déclarait mardi dans un quotidien Kenyan qu’il n‘était pas certain du résultat du scrutin.

Les accusations de nettoyage ethnique se multiplient aussi de part et d’autre. Le gouvernement accuse les partisans de Raila Odinga d‘être responsables des massacres.
Les tensions sont grandes entre la tribu des Kikuyus dont est issu le président Kibaki et celle des Luos de Raila Odinga.

Ce matin, des jeunes hommes armés de machettes surveillaient des barrages routiers à Eldoret dans l’ouest du pays où une trentaine de Kikuyus réfugiés dans une église ont péri hier dans l’incendie volontaire du bâtiment.

La Grande-Bretagne, ancienne puissance coloniale au Kenya, a demandé à l’Union africaine et au Commonwealth de tenter de réconcilier les deux rivaux. Gordon Brown s’est entretenu par téléphone avec chacun d’entre eux. John Kuofor, président en exercice de l’Union africaine est attendu au Kenya dans la journée.