DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

L'opposition appelle à manifester malgré l'interdiction du gouvernement

Vous lisez:

L'opposition appelle à manifester malgré l'interdiction du gouvernement

Taille du texte Aa Aa

Une nouvelle épreuve de force est à craindre au Kenya, un pays marqué par des violences politico-ethniques qui ont fait plus de trois cents morts depuis les élections de la semaine dernière. Le Mouvement démocratique orange, principale formation de l’opposition de Raila Odinga, conteste la réélection du Président Kibaki. Un scrutin remis en cause par les observateurs internationaux.

Selon l’opposant William Ruto, “l’honorable Raila Amolo Odinga a été élu démocratiquement quatrième président de la République du Kenya. Mwai Kibaki et la Commission électorale du Kenya sont coupables d’avoir perverti le processus démocratique pour perpétuer le régime autoritaire du Kenya.”

Tandis que les deux camps se disputent le pouvoir, les affrontements se poursuivent dans l’ouest du pays. Ici on assiste à l’assassinat de membres d’une tribu proche de l’opposition. Opposition qui accuse le gouvernement de génocide.

Le Premier ministre britannique appelle les Kenyans à la retenue : “La communauté internationale se mobilise pour tenter d’en finir avec la violence au Kenya. Il est de la responsabilité des dirigeants de l’opposition et du gouvernement d’appeler leurs supporteurs à mettre un terme à cette violence”, déclare Gordon Brown.

Le gouvernement accuse quant à lui l’opposition de “nettoyage ethnique”. Mardi, des partisans d’Odinga ont mis le feu à une église dans laquelle s‘étaient retranchés des Kikuyus, la tribu du président. Une trentaine de personnes avaient alors péri.