DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

L'opposition kényane interdite de meeting

Vous lisez:

L'opposition kényane interdite de meeting

Taille du texte Aa Aa

Atmosphère d‘état de siège à Nairobi. Des milliers de policiers se sont déployés ce jeudi dans la capitale kényane pour empêcher un rassemblement de l’opposition. Les forces de l’ordre ont notamment bloqué tous les sorties du bidonville de Kibera dont Raila Odinga est le député. Le candidat de l’oppositon a été déclaré perdant de la présidentielle. Son parti, le Mouvement démocratique orange, a été contraint de reporter son meeting prévu ce jeudi. Il a appelé à manifester demain et à un autre rassemblement le 8 janvier.

La police a utilisé des canons à eau, des grenades lacrymogène et a tiré en l’air pour disperser ses partisans. Au moins 4 personnes ont été tuées. En une semaine les affrontements ont fait au moins 346 morts au Kenya.

L’opposition affirme que la présidentielle a été truquée au bénéfice du nouveau chef de l’Etat, Mwai Kibaki. D’après les partisans de Raila Odinga la fraude porte sur au moins 300.000 suffrages. Seules 230.000 voix séparaient les deux hommes à l’issue du scrutin.

Les doutes sur la crédibilité de ce scrutin ont été renforcés par les déclarations du président de la commission électorale. Il a affirmé qu’il ne savait pas si Kibaki avait vraiment gagné les élections. Ce matin, 2 députés de l’opposition ont par ailleurs été arrêtés dans le fief de Raila Odinga, à l’ouest du pays.

Plusieurs états ont déjà proposé leur aide pour trouver une issue à la crise. Le procureur général du Kenya affirme que de tels affrontements n’avaient jamais été observés auparavant dans son pays et met en garde contre ‘‘une catastrophe aux proportions inimaginables’‘. Il a proposé de mettre sur pied une enquête indépendante pour recompter les voix de la présidentielle.