DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Dans la région de Naples, les parents ne veulent pas envoyer leurs enfants à l'école au milieu des détritus

Vous lisez:

Dans la région de Naples, les parents ne veulent pas envoyer leurs enfants à l'école au milieu des détritus

Taille du texte Aa Aa

Le gouvernement italien ordonne la réouverture des écoles aujourd’hui dans la région de Naples submergée par les déchets. Cela n’a pas empêché des manifestants de maintenir la pression hier soir pour empêcher la réouverture près de chez eux de la décharge de Pianura. Les autorités l’estiment nécessaire avec la saturation des autres décharges. Les riverains eux craignent des dégâts pour leur santé. Une mère de famille explique que les mères du quartier ont prévu de manifester ce matin à 8h, les enfants n’iront pas en classe, mais on défilera ensemble jusqu‘à la décharge.

De son côté, le premier ministre italien Romano Prodi estime que “les enfants qui restent chez eux plutôt que d’aller à l‘école ne vont pas en vacances dans les montagnes du Val d’Aoste ou des Dolomites, mais ils restent dans les mêmes quartiers en respirant de toutes façons la pollution causée par les déchets.”

Le gouvernement a annoncé que l’armée va intervenir pour enlever les ordures près des écoles.
Des opérations ont aussi lieu dans les décharges, mais elles sont loin de porter leurs fruits d’après un manifestant: “Les pelleteuses qui creusent pour évacuer le trop-plein de déchets sont à l’arrêt parce qu’elles sont tombées sur un liquide très toxique.”

Alors qu’hier matin, à Pianura, la messe a eu lieu sur fond de contestation, l’ensemble de la région de Naples est confrontée à un amoncellement dans les rues de plus de 100.000 tonnes de détritus. Un problème chronique depuis 14 ans, notamment en raison de l’insuffisance des centres de retraitement.