DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Ferdinand Piech n'était pas au courant de la corruption au sein de Volkswagen entre 1993 et 2000


entreprises

Ferdinand Piech n'était pas au courant de la corruption au sein de Volkswagen entre 1993 et 2000

L’ancien président exécutif du constructeur automobile allemand Volkswagen Ferdinand Piech : actuel président du conseil d’administration du groupe, comparaissait mercredi devant la cour du tribunal de Brunswick en Allemagne, en tant que témoin pour affirmer si oui ou non il était au courant des versements en espèces et en nature effectués entre 1993 et 2000 par la division des ressources humaines de Volkswagen aux dirigeants du Comité d’entreprise du groupe pour acheter la paix sociale.

“Nous avons enquêté sur le scandale Volkswagen depuis le début pour voir si des charges de fraude peuvent être retenues contre Monsieur Piech, affirme le procureur : en tant que président exécutif et président du conseil d’administration, il a la responsabilité de la gestion des fonds du groupe, ce qui le met dans une position où des charges peuvent être retenues contre lui”.

Non….. Ferdinand Piech, alors président exécutif ne savait rien de ces pratiques, il l’a dit à la cour : il n’a jamais été au courant du millions d’euros de factures de sex tours et de maisons closes dépensé par Peter Hartz, le responsable des ressources humaines de Volkswagen, pour assurer le bien-être des responsables du comité d’entreprise pendant huit ans et assurer la tranquillilté sociale de Volkswagen.

Depuis l’automne 2005, le tribunal de Brunswick juge l’ancien président du comité d’entreprise et l’ex-responsable du personnel pour incitation à abus de confiance et abus de confiance. Le verdict est attendu en mars.

Plus d'infos:

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

entreprises

Le danois Maersk Line veut supprimer entre 2.000 et 3.000 emplois