DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

La Serbie rappelée à l'ordre

Vous lisez:

La Serbie rappelée à l'ordre

Taille du texte Aa Aa

La Serbie ne doit pas faire l’amalgame entre son rapprochement avec l’Union européenne et le futur statut de sa province du Kosovo. Cet avertissement, c’est la Commission européenne qui l’a lancé. Le chef de la diplomatie serbe, qui a rencontré le commissaire à l’Elargissement, espère une signature avant la fin du mois de l’Accord d’association avec les Vingt-sept, première étape vers l’adhésion. Mais dans le même temps, la Serbie refuse que les Européens puissent reconnaître un Kosovo indépendant. D’où la mise au point de cette porte-parole à Bruxelles : “L’accord de stabilisation et d’association n’est pas quelque chose que nous imposons. C’est la reconnaissance de relations privilégiées avec l’Union. Et cela apporte des bénéfices tangibles et concrets pour les citoyens du pays concerné. La Commission veut aider la Serbie dans sa marche vers l’Union, mais au final, il revient aux Serbes de s’assurer que les conditions soient remplies.”

Première de ces conditions, la pleine coopération de Belgrade avec la justice internationale. Quant au Kosovo, il envisage de proclamer son indépendance dans les semaines qui viennent mais d’un commun accord avec les Occidentaux, pas avant la présidentielle du 20 janvier en Serbie.