DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Sortir du nucléaire ou y entrer à nouveau : Londres a tranché


monde

Sortir du nucléaire ou y entrer à nouveau : Londres a tranché

Ce sera la relance. La dizaine de centrales du pays datant des années 60-70 est dans un état de vétusté avancée. Des réacteurs qui vieillissent face à une consommation en hausse.

En 2003, le Labour décrivait le nucléaire comme “une option peu attractive”, mais la hausse du prix du brut et les exigences de réductions de CO2 sont passées par là, et le nucléaire s’est imposé. Les énergies alternatives comme le solaire et l‘éolien sur le développement desquelles le gouvernement s’est engagé, sont encore trop coûteuses, et technologiquement pas assez avancées pour se reposer entièrement sur elles.

Le nucléaire fournit 18% de l‘électricité de la Grande-Bretagne. 16% de l‘électricité consommée dans le monde et 34% de celle consommée en Europe. 15 pays de l’Union possèdent des centrales. Elles sont particulièrement nombreuses en France ou le nucléaire fournit 73% de l‘électricité consommée, et c’est encore 28% en Allemagne, qui a décidé d’en sortir.

En Europe et dans le monde, 30 nouvelles centrales sont en construction. Et la plus grande d’entre elles entrera en activité en 2011 en Finlande. Ses trois réacteurs auront une puissance de 1600 mégawatts et c’est de ce modèle dont s’inspireront les futures centrales britanniques.

En Allemagne, on résiste à cette vague mondiale de retour au nucléaire. Poussé par une opinion publique foncièrement contre, aucun gouvernement, toutes tendances confondues, ne pourrait aujourd’hui se permettre un retour en arrière. L’Allemagne, comme les opposants au nucléaire partout dans le monde, se soucie de l’avenir : “Remplacer 10 centrales traditionnelles par 10 centrales nucléaires par exemple réduira nos émissions d’environ 4%, Une toute petite part des émissions de CO2, pour un coût énorme, avec des risques énormes, et de grosses conséquences pour les générations futures qui auront à gérer tous les déchets nucléaires…” estime ce représentant de Greenpeace.

Le nucléaire génère des milliers d’années de déchets toxiques pour lesquels aucune solution à long terme n’a encore été trouvée…

Plus d'infos:

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

Badri Patarkatsichvili inculpé de tentative de coup d'Etat