DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Après Rojas et Rodriguez, l'espoir pour les autres otages des Farc

Vous lisez:

Après Rojas et Rodriguez, l'espoir pour les autres otages des Farc

Taille du texte Aa Aa

Le style Chavez, un style efficace, et peut-être à suivre, pour obtenir la libération d’autres otages des Farc. Le président vénézuelien savoure son succès, entouré de clara Rojas et Consuelo Gonzales, relâchées la veille par les rebelles marxistes.

L‘échange s’est fait au beau milieu de la jungle colombienne, près de San José del Guaviare, devant les caméras. Elles ont capté des images étonnantes des ex-otages saluant une dernière fois leurs bourreaux. Le chef des guerilleros a même parlé au téléphone avec le président Chavez.

Le ministre de l’Interieur vénézuelien, Ramon Rodriguez Chacin, a défendu cette connivence avec les rebelles marxistes : “Les Forces Armées Révolutionnaires de Colombie, armée du peuple, ont aussi notre reconnaissance parce qu’elles ont donné cette preuve de bonne volonté, cette satisfaction pour notre commandant en chef , Monsieur Hugo Rafael Chavez Frias, et on est sûr que là, il y a une porte que s’ouvre… C’est juste le début du chemin, il va y avoir d’autres libérations qui seront plutôt des “échanges”, et échange cela veut dire que des guerrilleros devront aussi sortir de prison. C’est ça le chemin, c’est ça la voie qui va nous mener vers la paix.”

Les Farc envisageraient l‘échange de 43 prisonniers politiques, dont Ingrid Bétancourt, contre 500 guerrilleros. Le président colombien Uribe a bien été obligé d’admettre le succès de l’opération : “je dois reconnaître que le processus avancé par le président Chavez qui a obtenu la libération unilatérale et inconditionnelle de nos compatriotes a été efficace”.

Une efficacité espérée aussi pour Ingrid Bétancourt. Le fils de l’otage franco-colombienne évoque aujourd’hui “une course contre la mort” pour libérer sa mère.