DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Au Moyen-Orient, Bush sème le doute pour récolter la paix

Vous lisez:

Au Moyen-Orient, Bush sème le doute pour récolter la paix

Taille du texte Aa Aa

Agitant la menace d’un Iran dangereux pour la stabilité de la région, et cherchant le soutien de ses alliés arabes. A Abu Dhabi hier, dans une allocution présentée comme “le grand discours” de sa tournée, il a encore énuméré ses griefs envers Téhéran : “L’Iran aujourd’hui est le premier état à soutenir le terrorisme dans le monde. Il envoie des centaines de millions de dollars aux extrêmistes à travers le monde alors que son propre peuple connait la répression et les difficultés économiques. Les actions de l’Iran menacent la sécurité des nations partout, et les Etats-Unis sont en train de renforcer leurs accords de sécurité avec leurs amis du Golfe, et de rassembler des amis dans le monde pour faire face au danger, avant qu’il ne soit trop tard.”

Rassembler des amis et surtout ceux du Golfe, qu’il a visité. Koweit, Barhein, Emirats Arabes unis, Arabie Saoudite. Objectif: rassurer les alliés sunnites sur sa détermination à continuer de les protéger face à la montée en puissance de l’Iran chiite et à sa contamination terroriste en irak.

Et pour étayer ses propos, il est revenu sur cette vidéo du 6 janvier ou l’on verrait des vedettes iraniennes harceler des bâtiments américains dans le détroit d’Ormouz et menacer de les attaquer. Version démentie par l’Iran qui dénonce un photo montage. Mais Bush n’en démord pas : “Ce fut un geste dangereux de leur part. Nous l’avons dit clairement, publiquement. Ils connaissent notre position. C’est celle ci : il y aura de graves conséquences, s’ils attaquent nos navires, pûrement et simplement”.

Et d’agiter à nouveau la menace d’une intervention américaine en Iran si la république islamique continuait ses provocations. Un discours largement entendu en Israel, comme chez les gi’s basés au Koweit ou à Barhein.

Mais ailleurs, la tâche n’est pas si facile et elle sera plus ardue encore à Ryad. Car plus encore peut être que les ambitions iraniennes, ce que redoutent les pays arabes du Golfe, ce sont les conséquences d’une nouvelle guerre américaine dans la région.