DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

La Castille-La Manche mise sur les éoliennes

Vous lisez:

La Castille-La Manche mise sur les éoliennes

Taille du texte Aa Aa

Au pays de Don Quichotte, les parcs d‘éoliennes ont remplacé les moulins à vent. La Castille-La Manche a fait des énergies renouvelables une priorité de sa politique. L’ambition de cette région du centre de l’Espagne est de devenir un pôle européen en la matière. Le gouvernement autonome entend même aller au-delà des objectifs fixés par Bruxelles, comme l’explique ce conseiller :

“Nous connaissons bien les projets, les plans, le cadre économique et politique de Castille-La Manche qui sont très favorables aux énergies propres. Et nous pensons qu’il est possible de parvenir à faire en 2012 de Castille-La Manche la première région européenne qui satisfasse intégralement les besoins en électricité de ses citoyens avec les énergies renouvelables.”

La région compte actuellement plus de 50 parcs éoliens capables de fournir de l‘énergie à près d’un million de foyers. La compagnie Iberdrola est très active dans le développement de cette source d‘énergie. Un marché encore peu rentable, souligne le directeur exécutif d’Iberdrola, d’où l’importance des soutiens financiers du secteur public :

“Je suis incapable de dire si d’ici 10 ou 15 ans, il sera possible d’opérer sur le marché de l‘éolien sans aides. Ce qui est sûr, c’est qu‘à l’heure actuelle, c’est impossible.”

L‘économie locale n’en bénéficie pas moins de ce créneau. General Electric a ouvert une usine d’assemblage de turbines pour éoliennes, ce qui a contribué à créer des emplois dans la région. La Castille-La Manche exporte aussi une partie de son énergie propre vers la région voisine de Madrid. Mais pour Philippe de Buck, de l’organisation Business Europe, la question de la rentabilité reste ouverte :

“Nous savons que les énergies renouvelables et ceci est confirmé par la Commission ne sont pas vraiment durables en l‘état actuel. Si l’on se base sur les prix du marché, soit elles seront subventionnées, ce qui représentera un coût énorme pour les pays européens, soit il faudra en passer par une augmentation du prix de l‘électricité.”