DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Environnement: Des propositions déjà critiquées

Vous lisez:

Environnement: Des propositions déjà critiquées

Taille du texte Aa Aa

A peine le plan annoncé, les critiques ont fusé de toutes parts. L’organisation européenne qui représente les patrons s’inquiète des répercussions économiques et de l’application rigoureuse du principe du pollueur-payeur. Son directeur exécutif, Philippe de Buck : “Nous avons un double coût. D’une part parce que nous parlons ici d’industries à forte consommation d‘énergie elles devront faire face à une hausse des prix de l‘électricité. Et d’autre part, nous devrons investir beaucoup dans les nouvelles technologies, ce qui est bon car cela va renforcer l’industrie. Mais nous ne voulons pas qu’il y ait aussi un coût pour les quotas d‘émission.”

Les défenseurs de l’environnement estiment, eux, que l’Europe aurait dû aller plus loin. Faute d’avoir pu rallier les Etats-Unis et les pays émergents, elle vise pour l’instant les moins 20% d‘émissions. Trop peu pour ce représentant du Fonds mondial pour la nature: “Le WWF est déçu que de nombreux gouvernements européens ne haussent pas le ton pour dire : nous voulons une réduction des émissions de 30% d’ici 2020 parce que cela nous permettra de combattre réellement le changement climatique et de maintenir le réchauffement sous la barre des deux degrés.”

Les entreprises qui se sont lancées dans les énergies renouvelables ont quant à elles de beaux jours devant elles. Isabelle Valentini, de l’association european wind énergy, qui représente les fabricants d‘éoliennes : “Les investissements dans le secteur de l‘éolien sont déjà importants. Ils ont augmenté de plus d’un tiers en 2007, et avec ce plan on va continuer à attirer des investisseurs, à maintenir un marché stable et à s’agrandir.”

Bruxelles espère mettre en oeuvre son plan dès 2009, mais pour cela il faudra obtenir de haute lutte l’aval des Etats membres et du Parlement européen.